agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Merci à Nicolas SARKOZY

Au cours des cinq années écoulées, la France a eu la chance d’avoir à sa tête un président de la République qui a réussi, à force de courage, de volonté et d‘un travail de tous les instants, à protéger au mieux notre pays d’une terrible crise internationale et européenne.

Malgré les difficultés, les nécessaires efforts réclamés à chacun pour permettre à la France de résister à la crise, alors que nos voisins européens s’enfonçaient dans la récession et l’explosion du chômage, Nicolas Sarkozy a toujours dirigé le pays en homme d’Etat responsable et soucieux de l’intérêt général. Il mérite tout notre respect et nos remerciements chaleureux pour l’immense tâche accomplie.

Alors que nos adversaires politiques de tous bords le critiquaient sans relâche, alors que presque tous les médias se délectaient avec gourmandise de la « vague rose » qui allait l’emporter, alors que des sondeurs et commentateurs patentés prédisaient depuis plus d’un an sa lourde défaite, Nicolas Sarkozy a mené une campagne exemplaire de dignité et d’efficacité, qui se traduit par une très courte défaite. Le candidat socialiste n’a en effet été élu qu’avec 51,6% des voix exprimées. 6% de bulletins blancs et nuls ont été décomptés.

Certes, le suffrage universel a tranché mais l’écart entre les deux candidats est faible ; cela ne peut que nous stimuler pour nous mobiliser, afin de défendre plus que jamais nos idées et nos valeurs, dans l’union, notamment à l’occasion des élections législatives à venir. Cela doit tous nous motiver pour qu’un seul parti ne détienne pas tous les pouvoirs, exécutif, législatif et dans la plupart des collectivités locales.

Paris, comme toutes les autres grandes villes de France sauf Nice a placé en tête le candidat socialiste. Et le Maire de Paris, si soucieux de devenir Ministre et de faire oublier son soutien à Martine Aubry s’est très fortement impliqué dans la campagne présidentielle avec des moyens considérables.

Puisse le Président nouvellement élu garder à flots notre pays dans les tempêtes qui s’annoncent. Les premiers actes de ce quinquennat n’incitent pas à la confiance malheureusement.

A Paris comme sur tout le territoire, seules l’union et la défense de nos valeurs et de nos convictions seront gages de succès.

Avec votre soutien, avec votre nécessaire engagement, nous devons obtenir la représentation la plus large à l’Assemblée Nationale.

Les 10 et 17 juin prochains, ensemble, choisissons la France.

Philippe GOUJON